Pottermore : Retour sur une bataille judiciaire

Logo Pottermore

Après des années de bataille judiciaire avec le Ministère de la Magie outre-Manche, J.K. Rowling a réussi à ouvrir, ce matin au grand public, sa plate-forme interactive sur l’Internet : Pottermore. Ce site se veut une prolongation de « l’expérience Harry Potter » débutée avec les romans, en permettant une participation des fans. Ainsi, ceux-ci pourraient découvrir des éléments exclusifs sur chacun des livres de la saga à travers des dessins inédits, des jeux, des commentaires de l’auteur, afin de s’immerger dans l’univers de la magie. Cela vous paraît banal, peu digne de l’intérêt de la justice magique ?

« Une infraction grave et éhontée du Code International du Secret Magique »

Ce qui a posé problème aux juges du Magenmagot ne sont pas les quelques représentations des scènes des livres « Harry Potter », ni les duels ou les préparations de potion qui se font en quelques clics de souris, mais bel et bien les informations « inédites » proposées par Rowling. Alors que la controverse grossit au sein du monde magique au sujet de l’encyclopédie qui serait en cours de rédaction par l’écrivain, ce site Internet représente une nouvelle étape dans l’ouverture de notre monde aux Moldus. En effet, Rowling l’écrit dans la FAQ de son site personnel : « Je promets depuis longtemps une encyclopédie sur le monde d’Harry, et j’ai commencé à travailler dessus – une partie constitue d’ailleurs le nouveau contenu de Pottermore. »

En juin dernier déjà, lors de l’annonce de l’ouverture de ce site Internet à un nombre limité d’inscrits qui auraient l’accès en avant-première au site Pottermore, le Ministre de la Justice Magique, Julius Wesbirger avait protesté contre « une infraction grave et éhontée du Code International du Secret Magique ». Au-delà des frontières, même son de cloche. Ainsi, le Ministre de la Magie des Etats-Unis a exprimé sa plus vive inquiétude à l’occasion du Forum International des Lois Magiques (FILM) qui a eu lieu à Paris en juin dernier. La problématique « Harry Potter » est l’exemple le plus frappant de l’impact de la mondialisation des Moldus sur le monde de la Magie.

Rowling s’est aussitôt défendue en convoquant une conférence de presse, annonçant que la loi était respectée et que, comme cela avait été le cas pour les livres, révéler quelques pans du Secret Magique permettrait au contraire de mieux le garder. Et cela préparait les Moldus à une éventuelle découverte. « Leur avancée technologique est considérable. L’étau se referme peu à peu autour de nous. Mais nos gouvernants sont incapables de le voir ! Enfermés dans leur tour d’ivoire, ils ne s’aperçoivent pas à quel point le monde a changé. » Elle fait également allusion au nombre croissant de sorciers nouant des liens avec des Moldus, croissance exponentielle depuis le début des années 1990. Mais contrairement aux lobbies de Sang-Pur, elle ne considère pas cela comme un Mal. « Mes livres ne s’adressent pas qu’aux Moldus, mais également aux sorciers. Il faut qu’il y ait une prise de conscience, la violence ne résout pas tous. »

Soutien de la société sorcière

Les partisans de Rowling sont de plus en plus nombreux au sein de la société sorcière. Les groupes se forment sur Internet, notamment sur les réseaux sociaux. Les Moldus et les sorciers se confondent, dans un même amour de l’œuvre de J.K. Rowling et communiquent indépendamment de leur nature. Un bel appel à la tolérance. Beaucoup de jeunes sorciers confient que l’auteur a changé leur vie. En racontant l’histoire d’un sorcier de fiction et en le faisant découvrir aux Moldus, les adolescents sorciers se sont sentis moins seuls.

Morgane Liclana, une jeune sorcière de dix-sept ans, raconte son expérience dans l’Internet moldu : « La réalité et la fiction se confondent tellement que les Moldus sont incapables de discerner le vrai du faux. Du coup, je peux dire ce que je pense vraiment, en le faisant passer pour de l’imagination. » Certains, plus inquiets des connaissances que les Moldus acquièrent inconsciemment, s’amusent à brouiller les pistes, comme ce jeune homme de vingt-trois ans qui a refusé de communiquer son nom : « Parfois, cela m’effraie. J’ai peur que cela revienne comme au temps de l’Inquisition et qu’on nous pourchasse ou qu’on nous utilise. Alors, je force le trait, j’exagère, pour que les scientifiques moldus s’éloignent de ce phénomène. »

Brouiller les pistes, c’est bien la stratégie que le Ministre de la Magie britannique a imposé à J.K. Rowling. Elle a refusé. « Les Moldus ne sont pas stupides.  Si je commence à leur mentir, leur raconter n’importe quoi, ils vont détecter les incohérences. C’est ce qu’il s’est passé avec les films. » Le vent du changement commence à souffler sur la communauté magique.

Le Ministère de la Magie britannique voulant éviter la mauvaise publicité d’un procès, s’est alors lancé dans des négociations poussées avec J.K. Rowling et a obtenu deux choses : elle ne révélera pas les points d’accès vers le monde magique (tous exceptionnellement erronés dans les livres) et inclura des commentaires sur Pottermore, suggérant qu’elle a tout inventé.

Maintenant, a-t-elle respecté ces conditions ? Quelles sont les informations exclusives annoncées à la création de Pottermore ? C’est ce que je vous propose de découvrir dans mon prochain article. En attendant, vos remarques, réactions et opinions sont les bienvenues.

Marine-Ella.

Publicités

À propos de Marine-Ella Delazur

Journaliste (et bloggueuse) pour FMA, chargée de la rubrique "Côté Moldu" destinée à faire découvrir aux sorciers qui nous lisent ce qu'il se passe de l'autre côté de la cathédrale. Après de brillantes études à Beauxbâtons, Marine-Ella s'est tournée vers le journalisme après son stage à la Gazette du Sorcier à Londres. Ayant toujours eu la note "Optimal" en Étude des Moldus, c'est à elle que s'est adressée France Magique Aujourd'hui dans la création de la rubrique consacrée à la culture et à l'actualité moldue. Voir tous les articles par Marine-Ella Delazur

6 responses to “Pottermore : Retour sur une bataille judiciaire

  • Bowman Wright

    Certes l’initiative de Rowling est intéressante, et je connais nombre de sorciers et sorcières travaillant au Ministère qui seraient favorables à un retour progressif du contact (et de la cohabitation?) avec les moldus. Le sujet n’est plus un sujet tabou aujourd’hui. Plusieurs associations (notamment en Poligne, Italie, Grande-Bretagne, France, Etats-Unis, Argentine…) prônent cette idée. Une séance extraordinaire du Bureau de Protection du Conseil Magique du Ministère Espagnol de la Magie a d’alleur eu lieu il y a quelques semaines. Les dirigeants magiques cherchent pour l’instant à éviter la question, mais un jour ou l’autre, ils devront faire face.

    En ce qui me concerne, je ne suis pas contre le retour du contact avec les moldus. Cependant, une telle opération doit prendre selon moi beaucoup de temps. Les moldus ignorent notre existence et la révélation d’un monde sorvier pourrait les affoler et déclencher de gros problèmes. Je trouve que les méthodes de madame Rowling sont tros brusques, et qu’il faut s’y prendre avec plus de délicatesse et en collaborations avec les autorités officielles de tous les pays.

    Bien à vous,

    Bowman Wright, Chef du Département du seccret Magique français –

  • Theodore Maillet

    Personnellement, ma famille s’est mêlée aux moldus depuis le début du XX° siècle pour des raisons propres à mes arrières-arrières-grands-parents et nous allons tous dans des écoles moldues. Nous n’avons pas pour autant perdus contact avec le monde sorcier.Pour ce qui est de notre culture sorcière, nous la faisons à la maison, au jour le jour.

  • La nouvelle provocation de J.K. Rowling | Côté Moldu

    […] Le film en lui-même devrait se situer à New-York dans les années 1920, laissant un répit à la communauté magique britannique qui ne devrait pas être concernée par les éventuelles violations du Secret Magique. Mme Rowling n’étant pas à son coup d’essai devrait encore une fois parvenir habilement à révéler un peu plus du monde sorcier sans compromettre sa sécurité. Dans une interview donnée à nos confrères de Salem Times¸ peu de temps après l’annonce de Warner Bros, elle explique que la série de films a plusieurs objectifs : faire redécouvrir l’histoire de la magie aussi bien aux petits sorciers qu’aux petits Moldus et préparer les non-sorciers dans leur ensemble à la découverte du monde magique, ce qui ne saurait tarder selon elle. Elle avait déjà affirmé ce fait l’an dernier lors de l’ouverture de son site Pottermore (retrouver la déclaration ici). […]

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :