Archives de Catégorie: Actualités Moldues

La nouvelle provocation de J.K. Rowling

Le 12 septembre 2013, un nouveau scandale a frappé la communauté magique. Et une fois de plus, la romancière Mme Rowling en est l’épicentre. Associée à la société de production cinématographique moldue, Warner Bros, celle-ci a accepté d’écrire le scénario d’une nouvelle série de films basés sur le monde magique. Il n’est plus question ici de Harry Potter mais d’un éminent sorcier que nous connaissons tous depuis nos premiers jours d’école : Newton Scamander. Il est plus connu en France sous le nom de Norbert Dragonneau. Son histoire mérite un bref rappel.

Le parcours remarquable d’un amoureux des bêtes

Image

Après des études dans la maison Poufsouffle à Poudlard, Newt a rejoint le ministère de la Magie au département de contrôle et de régulation des créatures magiques, dont il gravit rapidement les échelons jusqu’à la mise en place du Registre des loups-garous en 1947 et l’interdiction de l’élevage expérimental en 1965. C’est sa mère, éleveuse d’hippogriffes de compagnie, qui lui a transmis sa passion pour les animaux fantastiques.

Cet intérêt est remarqué par l’éditeur de la maison Obscurus, qui lui demande de s’atteler à la rédaction du manuel scolaire Vie et habitat des Animaux Fantastiques, publié pour la première fois en 1927. Celui-ci fait toujours référence dans nos écoles de magie, grâce à une actualisation régulière du contenu, et a même été publié au sein du monde moldu en 2001. Cela a d’ailleurs provoqué des controverses au sein du monde sorcier, mais Mme Rowling a assuré que les Moldus pensaient l’œuvre comme étant sienne. Pour éviter d’être accusée d’enrichissement sur le dos d’autrui, les bénéfices sont reversés à une association caritative.

Les dessous de l’adaptation cinématographique

Il semblerait que la famille Scamander ait donné son accord pour une adaptation de sa vie au grand écran moldu, à condition que Mme Rowling assure l’écriture du scénario. De cette manière, la famille conserve un droit de regard sur l’adaptation qu’elle n’aurait pu obtenir si la Warner Bros était seule aux commandes. Cette société américaine ignore tout de la réalité de notre monde et le voit plutôt comme un coup de génie marketing qu’il convient de ne pas laisser filer.

Lire la suite

Publicités

Retour de « Côté Moldu »

Chers lecteurs,

Après plus d’un an d’absence – un an, deux mois et six jours très exactement –  je reviens. Je suis vraiment désolée pour mon absence et surtout, de ne pas vous avoir prévenu. Vous devez vous imaginer que j’ai passé un an à chasser des dragons, interviewer des vampires ou prendre des photos de géants. Et bien… désolée de vous décevoir, mais rien de tout cela.

La vérité ? J’écrivais un mémoire de recherche sur la possibilité d’une coopération économique et financière entre les sorciers et les Moldus. Vous trouvez cela barbant ? En tout cas, pas moi ! Toujours est-il que tandis que je m’attelais à la rédaction de mon mémoire, j’ai eu moins de temps à consacrer au journal, et j’ai pris la liberté de me mettre en année de césure.

Pourtant, je n’ai jamais oublié ce blog que j’avais commencé, destiné à mettre en lumière les rapports entre les sorciers et les Moldus dans notre vie quotidienne, rapports dont nous n’avons pas toujours conscience. Et aujourd’hui, je pense que le moment est venu de le reprendre. J’espère que vous me pardonnerez et apprécierez les nouveaux articles à venir.

Je termine ce message, que je vous adresse directement, par des remerciements. J’ai remarqué que de nouveaux fans investissaient régulièrement la page Facebook de « Côté Moldu », et cela m’a confortée dans ma décision de reprendre la rédaction de ce blog.

Magiquement,

Marine-Ella.


Acromantules en Inde : l’enquête continue.

Ces derniers jours, les Moldus se sont emballés pour une histoire d’araignées géantes qui auraient envahi un village et tué des habitants en Inde. Chez les sorciers, on pense aux Acromantules, vraisemblablement des jeunes. L’alerte a cependant été vite donnée grâce à des sorciers vivant dans les environs. L’un d’eux, guérisseur au sein du village, a réussi à camoufler les blessures aux yeux des Moldus. En effet, le temps que les autorités magiques indiennes se rendent sur place, les acromantules avaient déjà fait deux morts et plusieurs blessés. Tous les témoins de l’attaque ont vu leur mémoire modifiée et leurs blessures guéries. Cependant, certains se sont échappés répandant la rumeur d’araignées géantes dans le reste du monde.

Cependant, la rationalité excessive et légendaire des Moldus a mené à une contre-enquête qui a conclu que cette histoire n’était que rumeurs et que rien ne permettait de vérifier sa véracité. Le secret magique est donc toujours sain et sauf. Pourtant, la présence d’acromantules a été interrogée. S’agit-il d’un acte malveillant ? Ou la raison est-elle naturelle ? Leur espace vital a été réduit depuis de nombreuses années, due à l’urbanisation effrénée de l’Inde. Une enquête conduite par des experts nommés par la communauté internationale de la Magie devra en conclure.


FLASH INFO : Le nouveau Président de la République apprend notre existence

Selon des sources proches du Ministre de la Magie, le Président François Hollande aurait appris notre existence dans la nuit, à son retour d’Allemagne, comme le veut l’usage. Depuis 1789, les chefs d’État apprennent la réalité de la communauté magique en France. Pourquoi pas avant ? Tout simplement parce qu’avant la Révolution, le Roi de France était généralement sorcier et choisissait lui-même le Ministre de la Magie.

François Hollande aurait eu la réaction habituelle: ne pas y croire et chercher la caméra cachée. Mais quand preuve fut faite, par notre Ministre, il serait resté coi sur sa chaise. Enfin, juste avant que notre Ministre ne quitte les lieux, il aurait soupiré : « C’est donc ce que Sarkozy disait ce matin… Il n’y a pas que la bombe nucléaire à gérer… »

Qu’est-ce que Nicolas Sarkozy, ancien Président de la République, lui aurait dit ? Cela, personne ne le sait, le Ministre n’ayant pas pris la peine de demander.

Plus d’informations à venir dans un article sur le rôle du Président de la République auprès des sorciers.


Le « test sanguin magique » a-t-il réellement été inspiré par Harry Potter ?

Depuis quelques jours, une information circule dans les médias moldus, comme sur Futura Sciences pour n’en citer qu’un. Des chercheurs australiens auraient développé un test de groupe sanguin « magique », directement inspiré du journal de Tom Jedusor dans le second opus de Harry Potter. En effet, il suffirait d’apposer un peu de son sang sur le papier mis au point par les scientifiques pour découvrir aussitôt son groupe sanguin, son rhésus. Aussitôt, les médias se sont emparés de l’affaire, clamant que Harry Potter inspire la science. Qu’en est-il vraiment ? L’article dont j’ai donné le lien ci-dessus explique qu’il n’y a rien de magique dans ce test sanguin, à grands renforts de mots scientifiques.

« Le principe n’a rien de magique et se base sur l’affinité particulière qui existe entre les protéines de surface des globules rouges (qui définissent le groupe sanguin) et certains anticorps. Ces anticorps sont disposés en forme de lettres (A pour les anti-A, B pour les anti-B, et de manière à former un « + » pour obtenir le rhésus) dans un papier bioactif, hydrophobe partout sauf à l’emplacement des anticorps. » [1].

Test sanguin Harry Potter - © Monach University

Test de groupe sanguin. La lettre A indique le groupe sanguin, le O est donc barré. Le signe + indique que la personne est de rhésus positif  – © Monach University

Un sorcier impliqué

La réalité est toute autre. Parmi les chercheurs, se trouvait un sorcier. Son nom n’a pas été dévoilé mais quelques officiels australiens ont annoncé lors d’une conférence de presse qu’il ferait l’objet d’une surveillance attentive. En effet, l’explication donnée par les Moldus – et Merlin sait que les Moldus ont besoin d’explications rationnelles sur tout ! – est fausse. Il s’agit en fait d’un sortilège mis au point par le sorcier-chercheur, pour tenter d’améliorer la situation dans les pays en voie de développement.

Lire la suite